Pêcher la truite en étang

truite arc-en-ciel pêchée en étangTout pêcheur de truite ne rêve que d’une chose lorsque mars approche, arpenter le matin de l’ouverture les abords d’une rivière sauvage et belle, où abonde la truite se souche.

Pour la plupart ce sera chose faite avec  une simple canne, des cuissardes et son vieux gilet. Les techniques relatives à cette pêche sportive sont détaillées maintes et maintes fois  sur internet, pourtant on oublie une forte catégorie de pêcheurs, ceux qui n’auront pas la chance d’être au bord de la rivière le 8 mars prochain !

Trop vieux, souffrant des jambes ou du dos, trop jeune, urbain ne disposant pas de moyen de locomotion,  pas assez de première catégorie à proximité ? Il faudra pourtant tremper sa ligne et les AAPPMA ont tout prévu pour cela.  Dans l’étang communal, dans la gravière, dans le canal, elles auront déversé des surdensitaires, mot savant pour ne pas dire truites de bassine ou de cirque.

Si les donneurs de leçons les raillent, ces surdensitaires ne se jettent pas automatiquement sur les hameçons et il faut quelquefois user de techniques particulières pour les prendre. Regardons ça ensemble et vous verrez que c’est aussi honorable qu’une autre pêche.

Pêche de la truite au coup:

J’ai gagné à plusieurs reprises le concours de pêche de mon village en utilisant une simple canne au coup. Celui ci était organisé en avril et se déroulait sur un petit étang peu profond où l’amicale locale lâchait une vingtaine de kilos d’ arcs en ciels.

La première fois, en dilettante, j’ai pêché au large sans amorcer et évidemment j’ai pris truite au coup en étangune ou deux truites mais je n’ai pas gagné. la seconde année, j’ai préparé mon coup, amorcé avec de l’amorce du commerce, des pellets à truites et des asticots. j’ai pêché sur  mon coup  au ras du fond et j’ai gagné ma coupe et mon litre de rouge ! L’année suivante j’ai remis ça et l’année après encore jusqu’à arrêter pour ne pas vampiriser ce petit concours amical.

J’ai simplement réfléchi comme un compétiteur, j’ai préparé mon coup, utilisé une ligne fine, un flotteur très sensible, bien sondé mon fond et pêché très précisément.

Pas besoin de pêche à 30m, mon amorce a fait venir les truites, habituées au bruit de la distribution de nourriture.

Pêche de la truite à l’anglaise:

Second cas de figure, une pêche en gravière profonde  et vaste où les truites avaient été lâchées depuis plus d’une semaine, donc s’étaient écartée des bordures et où l’amorçage était interdit.

J’avais décidé que l’anglaise au waggler serait plus adaptée et j’ai eu raison. Les premières truites prises par les concurrents se faisaient à environ 40m du bord. j’ai donc lancé sur cette zone en testant diverses profondeurs. C’est avec 1.5m de fond que j’ai eu le plus de touches . Dès lors je me suis appliqué et si je n’ai pas remporté ce concours j’ai terminé dans les 10 premiers.

Les pêcheurs voisins qui lançaient aussi loin mais avec plus de fond n’ont pas eu le reflexe de varier celui ci  et les prises ont été plus rares pour eux.  Les truites arc en ciel sont grégaires et vivent en  bancs qui se cantonnent sur une zone quelquefois assez restreinte. Il faut trouver des signes d’activité, pêcher en variant les paramètres jusqu’à trouver la bonne méthode du jour, qui sera souvent totalement inefficace le lendemain !

Pêche de la truite à la cuiller:

Une autre catégorie de pêcheurs, les ferrailleurs , n’ont pas voulu ranger leur matériel de rivière et sortent la canne d’1.8m ce jour là. Certes ils prendront quelques truites de bordures mais ils ne feront pas de miracle.

cuillers pour pêcher les truites arcs en cielLà encore il convient d’appliquer la tactique du  hibou:  On épie ses voisins pour essayer de comprendre où et à quelles profondeurs mordent les arcs.  Si on ne peut pas lancer assez loin il suffit de passer à une plus grosse cuiller ou mieux encore, une petite ondulante qui vole et se lance très loin. L’ondulante est un leurre qui ne laisse pas indifférent les truites et en variant la vitesse à laquelle on la ramène on obtient une nage dans des profondeurs différentes.

Si je ne devais que vous donner un petit conseil pour la pêche de la truite  à la cuiller en étang ce serait de passer à une canne un peu plus longue qui vous permettra de lancer plus loin qu’un fleuret. Pour le fil sachez que le Nanofil de Berkley  permet des lancers records et que son rapport diamètre/résistance est impressionnant.  Pourtant si je l’utilise, je me permet d’adjoindre une tête de ligne en fluorocarbone  car la discrétion du montage est un atout qui vous fera prendre plus de truites.

Pour les modèles et les couleurs de vos cuillers fiez vous à cet adage de vieux sage: « Si ça vous plait, c’est que ça plaira au poisson ! »

Pêche de la truite à la  bombette:

Terminons avec ma technique préférée, venue d’Italie où elle a été mise au point pour les arcs des lacs, ce qui est justement le point d’orgue de cet article.

bombettes pour pêche de la truite

Une bombette est un lest  qui nage à une hauteur déterminée par sa conception. Imaginez vous  lancer une teigne à 60m et la ramener dans une profondeur de deux mètres où se situent les truites.  C’est exactement ce que fait la bombette, elle permet de lancer loin voir très loin un appât insignifiant et de le ramener dans la fenêtre d’évolution des arcs.

Certes il faut une canne spéciale qui coute autour de 40 euros  et quelques bombettes et menus équipements mais  pour moins de 80 euros on est sûr de pouvoir pêcher au mieux les truites de lacs.

Commencez là aussi à observer les pêcheurs au coup pour découvrir à quelle profondeur mordent les truites, guettez des gobages au large… Installez une bombette adaptée et à vous les prises, l’important étant d’essayer plusieurs bombettes pour trouver la bonne profondeur.  Si vous n’avez pas de bombette, un simple buldo pourra vous dépanner, rempli d’eau il vous permettra de lancer loin un appât et de le ramener doucement en déclenchant les attaques des truites.

Voilà, vous n’avez pas fait l’ouverture au bord de la superbe rivière de vos rêves mais au bord de l’étang communal, entre deux joggeurs et un papy qui promène son chien. Mais grâce à ces petits conseils judicieux vous ne rentrerez certainement pas bredouille à la maison.

Gardez la pêche

Texte et photos Sylvain RUSSO

Retrouvez d’autres articles sur la truite sur esoxiste.com le magazine carnassier du web

Cette entrée a été publiée dans Pêche pratique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>