Le Tassergal

Le tassergal est un poisson peu pêché en France, certainement parce qu’il y est peu connu. Dommage, car c’est un poisson savoureux, un régal autant à manger qu’à pêcher.
Au contraire des États-Unis où, sous son appellation anglaise de bluefish ou snapper, il est à égalité avec le bar rayé dans les poissons sportifs de la côte est. En France, on le trouve surtout en Méditerranée à l’automne, sur les côtes de l’Atlantique l’été.

tassergal Pomatomus saltatrix

Morphologie

Le Tassegal (Pomatomus saltatrix) aussi appelé Serre (en italien pesce serra) est le seul de la famille des Pomatomus est un Scombriforme (en forme de maquereau, quoi).
Son corps est robuste, oblong, légèrement allongé, avec une nageoire pectorale épineuse, moins importante que celle du bar. Sa mâchoire inférieure est Il est de couleur métallique, tirant sur le bleu-vert.
Sa taille maximum est d’environ 1 mètre, pour un poids de 10 kilos. Vu sa puissance, un tass de 3 kilos au bout d’une ligne c’est déjà beaucoup de sensations.
Il a plein de dents très acérées, aussi attention aux bas de ligne, le fluoro peut s’avérer insuffisant.

Comportement

Le tassergal vit en bancs, comme les petits vieux (les petits vieux, sur les bancs… ouais, bon).
dorade coupee par tassegalIl vit donc en bancs, c’est un pélagique qui suit les grosses concentrations de fourrage, anchois ou sardines.
Et c’est un véritable goinfre, à la voracité sans égale. Lors de ses phases de frénésie alimentaire, il tape dans tout ce qui bouge. Bien souvent, il n’ingère pas le poisson en entier, se contenant d’en bouffer une partie et attaquant aussitôt une autre proie.
Il n’est pas rare, pour les pêcheurs au posé, ici en Méditerranée, de remonter un poisson à demi mangé : c’est l’œuvre d’un tass’.

La pêche du tassergal

Saltatrix en latin, ça veut dire danseur, autant dire qu’un poisson qui danse au bout d’une ligne procure bien des sensations.

Bien évidemment, la pêche au posé donne de bons résultats, avec une sardine, un mulet, ou un demi maquereau.
Mais le plus agréable avec ce poisson, c’est le leurre de surface, stickbait et popper.
Dans la vidéo ci-dessous, les sauts impressionnants du tassergal sur une plage du New-Jersey, avec des séquences au ralenti. Le tassergal, un poisson très combattif, comme vous allez le voir :

tassergal au leurre

 

La voracité du Tassergal

dans cette étude de 1933 conservée à l’Ifremer, Jean Le Gall ne fait pas dans la dentelle pour décrire le comportement alimentaire du tassergal

Les auteurs qui ont étudié le Tassergal sont tous d’accord sur un point: l’extrême voracité de ce poisson.
C’est sans doute le plus féroce, le plus sanguinaire des poissons marins et sa voracité est telle qu’elle a pu être comparée «à une machine à hâcher animée
dont le travail serait de couper et de détruire le plus possible de poissons dans le minimum de temps ».
Les Tassergals se déplacent par groupes plus ou moins importants, nageant près de la surface à la recherche ou à la poursuite des bancs de poissons d’une taille souvent égale à la leur.
Telle une bande de loups affamés, ils se déplacent, détruisant tout, laissant derrière eux une piste marquée par les poissons de toutes sortes blessés ou tués qu’ils n’ont pu avaler et qui se débattent encore ou flottent dans les eaux teintées de leur sang.
Leur voracité est telle qu’ils ne se contentent pas de dévorer à satiété: leur estomac plein,
ils dégorgent rapidement le poisson pris et recommencent ainsi plus à leur aise; si la proie capturée est trop grosse pour être avalée en entier, la queue et une plus ou moins grande partie du corps sont quand même engloutis; un coup net des mâchoires dégage alors la tête et la partie antérieure du tronc qui sont ainsi libérées.
Rassasiés, enfin, leur férocité n’est pas pour cela satisfaite et ils poursuivent encore les bancs de poissons pour les attaquer et les disperser! (…)
Source et toutes autres infos sur ce poisson: Infremer http://archimer.ifremer.fr/doc/1934/publication-5802.pdf

tassergal video

Ce contenu a été publié dans Pêche en mer, Poissons. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le Tassergal

  1. Philippe DIERICKX dit :

    oui , je le pêche à chaque fois que je vais en Espagne

    • Guy GUILLEBOT dit :

      Bonjour Philippe,je vois que tu peche le tassergal en ESPAGNE , de quel coté ,tu le peche en bateau ou du bord ,au vif ou au leurres et eventuelement avec quel leurre ,car je compte aller 15 jours du coté du delta de l’ebre pour pecher en surf casting et essayer de faire quelques tassergal a la cuillere a flapper, peut être a tu des conseils voir des infos a me donner ,ce serait sympas
      peut être au plaisir de te lire .Cordialement Guy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *