La Pêche aux Leurres de Surface

Pour le pêcheur profane qui aborde la pêche aux leurres, celle ci se résume généralement à l’usage de quelques crankbaits et quelques lipless, ceux ci permettent en effet de parer à la majorité des situations de pêche mais il en reste d’autres !

Pêcher aux leurres, c’est viser à attraper du poisson ce qui est normal mais c’est aussi se faire plaisir à s’amuser à pêcher. Le coté ludique de la pêche au leurre est bien plus important que celui du vif ou du mort manié, le leurre c’est coloré, on peut en avoir plein ses boites !

popper pour pêche de surface

Et le plus ludique de tous me direz vous ? Eh bien selon moi c’est le leurre de surface. Découvrons les poppers et les stickbaits et leur façon de s’en servir.

Un leurre très ancien

Popper ou stickbait, peu importe qui est arrivé avant l’autre mais il est raisonnable de penser que le stickbait a dû précéder le popper qui n’en est qu’une évolution plus sonore !

Les premiers stick baits sont sûrement les ancêtres du leurre, bien avant l’invention de la bavette le pêcheur a promené une imitation de poisson qui flottait et qu’il tentait d’animer.

Ce type de pêche s’est énormément développé aux Etats Unis et en 1922 est né une légende, un leurre encore distribué aujourd’hui : le Heddon Spook.

Archétype du leurre « cigare » ou « baton » ce poisson nageur flotte horizontalement sur l’eau et l’animation consiste en une série de glissés latéraux très discrets qui feront craquer les blacks bass éduqués.

Un grand nombre de références actuelles

Dorénavant on trouve sur le marché un nombre impressionnant de stickbaits et de poppers. Chaque marque propose à la vente son ou ses modèles.

stickbaits leurres de surface

C’est dans les années 2000 que l’un des plus célèbres, le Sammy de Lucky Craft a fait son apparition dans les boites des pêcheurs en mer. Les traqueurs de bars ont vite été séduits par sa facilité à prendre les poissons de toutes tailles et à les faire monter sur ce leurre. Parallèlement et hormis la pêche exotique, le popper n’a jamais eu un grand succès chez nous, c’est certainement parce qu’il ne plaît guère au brochet qu’il n’a pas la notoriété qu’il mériterait.

Très vite les pêcheurs aux leurres en eau douce ont compris l’intérêt de ces leurres et les ont adoptés.

Il existe donc une multitude de modèles de poppers et de stickbaits sans parler des cicada et autres leurres à la distribution plus confidentielle. Si le stickbait le plus connu en France est le Sammy, dans le monde c’est l’Heddon Spook, coté poppers c’est le célèbre Pop X de Mégabass qui remporte les suffrages.

Comment les utiliser

Le popper original se ramène par à-coups pour le faire popper puis on stoppe l’animation quelques secondes avant de recommencer. Il est très efficace sur les blacks bass, sur les chevesnes et les perches. Pour ces dernières un petit popper lancé près d’une chasse pourra vous rapporter une perche sur chaque triple, ça m’est arrivé plus d’une fois.

Si l’activité est importante et les chasses nombreuses, ramenez rapidement le popper en le faisant splasher, il imitera ainsi une chasse et les zébrées jalouses viendront taper dans cet intrus.

Pour le stickbait, deux animations sont possibles. Les longues glissades latérales qu’on imprime par une tirée seront efficaces sur les poissons en activité, le brochet aime bien cela dans les queues d’étang mais l’animation la plus fun est sans conteste le « walking the dog » ou promenade du chien. Il s’agit d’imprimer des saccades avec son scion lors du ramener, le leurre prendra alors une trajectoire en z qui fera réagir tous les carnassiers.

Les poppers nouvelle génération peuvent aussi s’animer en walking the dog, on obtient alors un mix des animations assez sympa apte à faire réagir tout carnassier.

A quelle époque de l’année sont ils le plus efficaces ?

Certains spécialistes les utilisent tout le temps sauf au cœur de l’hiver, personnellement c’est les matin et soir d’été que je m’amuse aux leurres de surface.

L’idéal est une queue d’étang peu profonde que l’on explorera en waders. Quelquefois les poissons se tiennent dans moins de 50 cm d’eau et c’est une expérience incroyable d’adrénaline que de voir un énorme gobage sur son leurre.

En début d’automne on réussit encore de belles pêches sur les bordures car les alevins ont atteint la taille de petits poissons et les perches les acculent contre les berges avant d’y faire des raids meurtriers.

leurre de surface à moitié immergé

Qu’éviter avec les leurres de surface ?

Certains préfèrent une canne molle qui par son inertie lors de l’animation favorisera les animations calmes et encaissera le rush du ferrage. A titre personnel je préfère une canne très rapide pour bien sentir les réactions de mon leurre et lui faire faire quelques figures comme des plongeons, des sauts…Tout est possible avec un peu d’entraînement. Par contre mont frein est réglé très mou afin justement d’encaisser la touche puissante ce ces leurres provoquent.

Évitez les gros bas de lignes fluoro en 100/100 ème qui pèsent très lourd et gênent l’animation en walking the dog. J’ai essayé pas mal de produit et le titanium a ma faveur car il allie discrétion et résistance. Si vous ne pêchez que le bass, pas besoin de cet accessoire.

Évitez aussi les agrafes trop grosses et trop lourdes, préférez les nœuds pour fixer votre leurre, il sera moins déséquilibré.

Ces leurres s’animant canne basse, une longueur de 1,80 à 2m est largement suffisante, au delà ça gène et le scion tape dans l’eau.

Un ou deux trucs

Lorsque vous allez voir le gobage, ne ferrez pas, attendez de sentir le poids du poisson dans votre canne sinon vous lui ôterez le leurre de la gueule.

Le brochet est le champion des loupés, si ça vous arrive, attendez, laissez faire le mort à votre leurre et ranimez doucement, il reviendra certainement à l’assaut. Sinon changez de couleur.

Si des grosses perches suivent sans attaquer, changez rapidement de direction en accélérant , cette animation va les décider à passer à l’assaut.

leurres de surface

Pour conclure, la pêche de surface au leurre est celle que je préfère même si je ne la pratique que quelques fois dans l’année. Voir les attaques furieuses des brochets, votre leurre qu’il envoie valser à 10 m parce qu’il a loupé son attaque, voir les dorsales des perches fendre l’eau en suivant votre stickbait, voir le gobage et sentir juste après l’attaque….Que de bon souvenirs que je vous propose de partager dans les semaines à venir en pratiquant au popper ou au stickbait. Vous ne le regretterez pas.

Gardez la pêche !

Retrouvez d’autres articles sur www.esoxiste.com, le magazine carnassier du web.

Cette entrée a été publiée dans Pêche pratique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>