La pêche au coup, introduction

Parmi les dizaines de techniques de pêche qui existent, on peut distinguer 2 grandes familles. Les pêches itinérantes, qui consistent à aller chercher le poisson là où il est (pêche aux leurres, pêche à la mouche, pêche en mer sur un bateau, etc.) et les pêches statiques, qui consistent à attirer le poisson là où l’on se trouve (les pêches au coup, mais aussi la carpe en batterie).

Intéressons-nous de plus près à la pêche au coup, ou plutôt aux pêches au coup car sous ce nom générique se cache un nombre assez important de techniques et sous-techniques. D’ailleurs, si j’étais taquin, j’arrêterais là mon article en vous demandant de me citer toutes les techniques que vous connaissez. Mais je ne vais pas le faire, je vais directement les lister.

pêche au coup

On commence par les 4 grandes familles, qui sont : la pêche à la canne sans anneau, la pêche à l’anglaise, la pêche au quiver et la pêche à la bolognaise.

Dans ces 4 grandes familles, on trouve des sous catégories, qui sont :

La pêche à la canne sans anneau

  •  La pêche à la longue canne télescopique
  • La pêche à la courte canne télescopique (aussi appelé pêche de vitesse ou pêche à la mitraillette – à ne pas confondre à la pêche à la mitraillette utilisée en mer pour la maquereau)
  • La pêche à déboiter
  • La carp-o-coup
  • La franglaise (mélange entre la pêche à déboiter et la pêche à l’anglaise)
  • Le pôle feeder (mélange entre la pêche à déboiter et la pêche au feeder)

La pêche à l’anglaise

  • La pêche au waggler fixe
  • La pêche au waggler coulissant
  • La pêche au stick

La pêche au quiver

  • La pêche au feeder
  • La pêche au plomb d’arlesey
  • La pêche au method feeder

La pêche à la bolognaise

  • Pas de sous-technique connue

matériel de pêche

L’amorce, l’agrainage, le point commun à toutes ces techniques

Pour que la pêche soit réussie, il faut pouvoir attirer en nombre le poisson et qu’il reste sur place tout au long de la session de pêche. Pour cela, on peut utiliser deux méthodes, qui ne sont pas forcément compatibles avec toutes les techniques de pêche citées plus haut.

L’amorçage mérite à lui seul un chapitre qui viendra après, mais une courte introduction s’impose.

L’amorçage se pratique en début de pêche, il consiste à déposer sur le coup une certaine quantité d’amorce qui va attirer le poisson. Le jeu consiste ensuite à remettre de l’amorce au fur et à mesure de la partie de pêche, ni trop pour ne pas le gaver, ni trop peu sous peine de voir partir le poisson plus vite que prévu. Certains pêcheurs sont des expert dans ce domaine, qui, poussé à l’extrême, est une véritable science qui nécessite de bien connaître les habitudes alimentaires des poissons, ainsi que leur comportement au fil des saisons.

L’agrainage quant à lui consiste à déposer des graines sur le coup, soit le jour même, soit avant la journée de pêche (quelques jours, une semaine, plusieurs semaines, etc.) pour habituer le poisson à la présence de nourriture à cet endroit. On appelle ça l’agrainage d’accoutumance.

Voilà pour cette introduction sur les pêches au coup, il ne reste plus qu’à entrer dans les détails. Prochain chapitre, l’amorçage, qui pour moi est la base commune à toutes les techniques.

L’amorçage, base commune des pêches au coup

Plus d’infos sur le site: http://www.peche-en-ardenne.com

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (4 votes cast)
La pêche au coup, introduction, 10.0 out of 10 based on 4 ratings
Cette entrée a été publiée dans Pêche en rivière, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>