La pêche c’est la liberté

méduses chaussures de plagePermettez moi de vous donner ici ma propre vision de la pêche, que je conçois comme un espace de liberté.
Et d’une simplicité enfantine : je me dis « tiens, si j’allais à la pêche », je prends une canne, une boite de leurres aussi bordélique que la comptabilité d’un syndicat, enfile mes <– santiags de plage, et hop je suis parti.
Tout seul, peinard. Des fois je croise des potes, des fois non. Aucune contrainte,

si ce n’est celles que je m’impose à moi-même, comme par exemple de ne pas laisser mes  mégots ou bouts de fil sur la plage.
Et d’être absolument odieux avec les touristes qui me demandent  si « Ça mord ?« .

A part ça, tranquillou, personne ne me fait chier. J’ai une vision de la pêche que je qualifierais volontiers d' »anarchiste« . Je me sens très en phase avec des tas d’autres sportifs individualistes : les surfeurs, les skaters, les bikers, les planchistes et autres kitesurfers. Pas de contraintes, juste du fun. C’est d’ailleurs cet esprit que l’on retrouve souvent dans le street-fishing, les jeunes qui le pratiquent ayant le plus souvent une mentalité rebelle de skater.

pêcheurs en maillot de bain sur la neige

 

Autant vous dire que je ne supporte pas tout ce qui est club, association, APPMA, fédération… les trucs avec un Président, un Trésorier, un Secrétaire, des gens qui se la pètent parce qu’ils ont une once de pouvoir dans leur vie avec un titre ronflant. Quant aux concours de pêche, très peu pour moi, savoir qui a la plus grosse ne m’intéresse pas le moins du monde. A part le concours avec De Funès, si vous voulez revoir cette séquence délirante, elle est ici 🙂

J’ai donc été fort marri en lisant l’article de mon ami Sylvain L’Esoxiste : Les AAPPMA, pas des clubs de sport ?? dans lequel il demande, en gros, que les pêcheurs s’unissent pour demander des sous et de la considération de la part des pouvoirs publics.Mon cher Sylvain, il ne faut pas faire entrer le loup dans la bergerie. On a déjà les écolos (et les touristes) sur le dos, on ne va pas en plus s’acoquiner avec les politiques. Forcément, ils voudront quelque chose en échange, forcément. Et embrouilleront ce qui n’est déjà pas simple avec des commissions et comités Théodule dont ils ont le secret.

La pêche, mon gars Sylvain, est un plaisir solitaire, ou du moins entre potes dûment sélectionnés, et point n’est besoin de demander la permission à qui que ce soit pour faire ce qu’on envie.
Comme disait le grand Brassens : dès qu’on est plus de quatre on est une bande de cons.

peche interdite fun

Ce contenu a été publié dans Coup de gueule. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à La pêche c’est la liberté

  1. Antoine dit :

    Moi qui suis pourtant un grand fan de De Funes, je n’avais jamais vu « Ni vu ni connu ». Merci pour ce bon moment, je suis devenu fan de Blaireau 🙂

  2. Tu es toujours d’une grande sagesse même si côté goût pour les godasses ce n’est pas le top. En mer, ta chance est de pouvoir pêcher où bon et quand bon te semble.
    Les politiques sont déja dans la place et commandent déja en eau douce, maintenant il faut les faire payer, tout simplement, car les couillons ne bossent plus gratuitement, sauf les colleurs d’affiches mais là…..
    il serait interessant d’avoir le point de vue d’Arlette Laguillier et de Gerard schivardi là dessus.

  3. Arlette Laguillier dit :

    Je demande à krivine qui demandera à besancenot et le comité du parti une fois réuni en séance plénière décidera de la suite à donner et de la réponse à vous fournir.
    Camaradement, Arlette

  4. JL Melanchon dit :

    Et moi alors ? j’ai des trucs à dire

  5. lg03 dit :

    Il ne faut pas généraliser les AAPPMA, c’est un mal bien Français. Il y a des gens trés bien et passionnés, heureusement.

  6. Damien dit :

    Ça fait du bien de lire un coup de gueule qui semble concerner la législation, même si c’est un peu flou et que je ne suis pas très sûr qu’on soit tout à fait sur la même longueur d’ondes.
    Pour ma part, je trouve qu’il y a un gros problème avec l’obligation de carte de pêche qui dans à désigner comme « braconnier » celui qui ne l’a pas et comme « respectueux » celui qui ne l’a pas.
    Pour moi, il y a bien des manières de faire attention à la rivière à commencer par ne pas la polluer; et la ça concerne tout le monde, et pas que les pêcheurs. Réfléchir aux systèmes d’assainissements des maisons, arrêter de cautionner une agriculture dégueulasse etc.

    Je ne dit pas qu’il y a que du mal dans la législation: laisser les truites se reposer après le 15 septembre, ça me paraît cohérent… mais payer une carte de pêche pour financer des lâchers de truites dégénérant ensuite l’espèce, je ne vois pas le sens.

    A mon avis il y a beaucoup à faire sur l’étique personnelle de chacun. J’habite une région où les truites sont minuscules, eh bien je les remets toutes à l’eau (s’ils sont en forme bien sûr). Le jour ou j’en prendrais une de 30 cm, je la garderais probablement; mais si dès qu’on prend une truite de la maille (de 19 à 23) on la garde, on est pas prêt de revoir des grosses truites dans des rivières que les anciens ont (inconsciemment probablement) vidées (oui, il le disent tous: « je comprends pas, avant on les ramenait pas quarantaines, même les petites, on prenait tout »).

    Alors qu’on me dise que prendre une carte de pêche va changer ça… je n’y crois pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *