GiedRé : le petit ver de terre

vers de terreHou la boulette : je vous ai présenté l’autre jour la poétique chanteuse GiedRé et j’ai omis de partager (merci à David qui me l’a rappelé) son tube interplanétaire : Le Petit Ver de Terre. Une chanson faite pour nous les pêcheurs, et qui nous incite à plus de tendresse envers ces charmants invertébrés.
Le sous-ordre des Lumbricina ou Lombrics, sous-division de l’ordre des Haplotaxida des annélides, regroupe l’ensemble des vers de terre, soient 13 familles et plus de 5 000 espèces décrites (source Wikipédia, vous serez ravis de l’apprendre et vous pourrez briller en soirée)

mangez des canards en plastique

Les paroles, pour votre prochaine soirée karaoké :

C’est l’histoire d’un petit ver de terre
Qui s’en allait faire un tour au cimetière
Chercher le plus joli tombeau
Pour y ronger des os.

Une fois son repas fini,
Il s’en alla se reposer dans une prairie
Et au même moment, et au même endroit
Un pêcheur cherchait des appâts

Le petit ver sentit la terre trembler
Et puis le couvercle du bocal se refermer
Puis dans un sac à dos avec d’autres copains asticots
Il fut emmené près d’un ruisseau

Mi mort, mi vivant au bout de son hameçon,
Il dandinait des fesses pour attirer les poissons
Et à partir de là, tout est allé très vite
Il s’est retrouvé dans une truite

Le moustachu rempli de fierté
Pourra bomber le torse, ce soir au dîner
Quand sa femme préparera à la crème fraîche
Le fruit de sa pêche

Notre ami le ver ne faisait pas le fier
Dans le colon du poisson, au milieu des pommes de terre
Quand enfin, on servit le plat
Il s’est dit « c’est fini pour moi »

Les enfants étaient contents, surtout la petite
De tous les poissons, son préféré, c’est la truite
On lui donna la plus grosse part
Oh la la, quelle histoire

Elle qui était triste d’avoir perdu son papy
Peut être fière d’avoir eu en elle un peu de lui
Et plus tard, car la vie est ainsi faite
Elle laissa son papy aux toilettes

Il faut être gentil avec les vers de terre
Grâce à eux, les morts reviennent sur terre
Il faut être gentil avec les vers de terre
Car dans certains d’entre eux, y a nos grands-pères.

Ce contenu a été publié dans Ecologie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *